« De prime abord, je serai tenté de dire qu’il n’y a pas de vie intérieure, que la vie intérieure n’existe pas. La vie n’est ni intérieure, ni extérieure, elle est. Mais le paradoxe est trop facile. Je pense que l’une des premières données de ce que l’on appelait jadis et que l’on continue d’appeler la vie intérieure est un état de réponse à un léger choc venu du dehors. C’est une sensibilité ultra développée, un appel extrêmement tenu, infime, subtil. »

Christion BOBIN A la recherche de la vie intérieure.

Pour accéder à l’article complet, cliquer ICI