Le gouvernement avait promis la création de contrats de complémentaire santé labellisés seniors. Il s’est contenté de modifier la loi Évin.

Pendant leur vie professionnelle, les salariés bénéficient d’une mutuelle payée au moins pour moitié par leur employeur. Mais cette participation patronale s’arrête lors du départ à la retraite. Par conséquent, l’assuré qui souhaite garder sa mutuelle, subit une forte hausse de sa cotisation puisqu’il doit en supporter le coût intégral.

Anne-Marie Le Gall le  modifié le 

Pour accéder à l’aticle intégral, cliquez-ici