La Banque verte accuse une nette baisse de ses bénéfices au premier trimestre, sous l’effet de cessions, de la baisse du dollar et de marchés obligataires atones. Le numéro un français de la banque de détail est satisfait du lancement de son offre low-cost Eko qui a conquis 30.000 clients, sans cannibaliser ses services classiques.

Le premier trimestre aura été décidément difficile pour les banques françaises. Après BNP Paribas et Société Générale, c’est au tour du Crédit Agricole de publier ce mardi des résultats en repli et affectés par « un environnement de marchés médiocre« , du fait de la correction boursière de février et « la mollesse du compartiment obligataire« . L’entité cotée en Bourse, Crédit Agricole S.A., a dégagé un bénéfice net de 856 millions d’euros, en hausse de 1,2% du fait d’éléments comptables, pour un produit net bancaire en progression de 4,4% à 4,9 milliards d’euros : le résultat sous-jacent affiche en réalité un recul de 12,1%.

Lire la suite